Résidences Etudiantes, Comment investir sans se tromper ...

14 décembre 2018

Résidences Etudiantes, comment investir sans se tromper …

Magazine INVESTISSEMENT CONSEILS – Décembre 2018

Extrait de l’article qui parle de notre Concept de Colocation meublée

MyRoom, l’alternative colocation …

La colocation a le vent en poupe. L’opérateur MyRoom en a fait sa spécialité en proposant des colocations meublées tournées vers les étudiants et les stagiaires, spécifiquement situées dans les hypercentres des villes. L’investisseur acquiert ainsi un appartement dans un immeuble ou une maison, partagés en colocation allant de trois chambres jusqu’à douze, selon la superficie. L’appartement moyen affiche entre 60 et 100 m2 et le ticket d’entrée varie de 250000 à 300000 euros selon les villes.

Aujourd’hui présent à Amiens, Compiègne, Bordeaux, Lyon et Grenoble, MyRoom entend se déployer sur cinquante villes universitaires françaises d’ici à 2025, avec un objectif de 4600 chambres. Pour Frédéric Vast, cofondateur et directeur de MyRoom, ce qui séduit les investisseurs, c’est la souplesse d’un bail non commercial mais assorti des avantages fiscaux de la location meublée (LMNP) : « ils voient la liquidité de leur bien dont ils peuvent se séparer quand ils le veulent afin d’en récupérer les fonds. Ils ne sont pas prisonniers de leur investissement pendant neuf ou douze ans ». Le seul lien qui lie le propriétaire à MyRoom est un mandat de location et de gestion résiliable à tout moment avec un préavis de trois mois. Quant aux charges, elles figurent dans le bail. « Dans la grande majorité des cas, nous proposons des loyers avec forfait de charges », indique le directeur. Ainsi, en plein cœur de Bordeaux, une chambre peut se louer 520 euros comprenant l’électricité, le gaz, l’eau, la connexion Internet et le ménage hebdomadaire dans les parties communes et tous les quinze jours dans les chambres, linge de maison et de lit compris.« Tous ces services sont des éléments différenciants », soutient Frédéric Vast, indiquant que si le loyer est plus cher que dans le parc privé, il est légèrement inférieur à celui des résidences privées. Une équation économique qui repose sur format de résidence plus petit, sans gardiennage ni personnel à rémunérer sur place. MyRoom promet des rendements entre 3,5 et 5,2 % nets de charges. « Le concept s’adresse également aux propriétaires d’un bien immobilier. Dans ce cas, nous les conseillons pour optimiser les espaces, meubler et décorer les lieux, et nous assurons la gestion locative de leur bien », ajoute le directeur. Toutes les chambres répondent à un Label Qualité qui standardise les prestations délivrées par le gérant. Une façon de sécuriser l’investissement et de réserver à distance sans risque de mauvaise surprise.